Réfugiés

Réfugiés

On les appelle « réfugiés », « migrants », « sans papier », « exilés ». Même si on ne les remarque pas, ils ont un visage.

Visages

Ceux qu’a peint C215, en particulier dans le cadre du projet « Welcome Refugees », qu’il avait lancé en 2017.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est C215-Vitry-sur-Seine-Nov.-2017-2-1024x683.jpg.
Vitry-sur-Seine, Nov. 2017 – C215
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est C215-Vitry-sur-Seine-Nov.-2017-3-1024x823.jpg.
Vitry-sur-Seine, Nov. 2017 – C215
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est C215-Sete-Sept.-2020-865x1024.jpg.
Sète, Sept. 2020 – C215 – Photo par Anne-Catherine O.

C’est dans le même esprit qu’il a réalisé le portrait de Laurent Barthélémy Ani Guibahi boulevard de la Chapelle, à Paris.

Cet adolescent de 14 ans avait été retrouvé mort le 6 janvier 2020 à Roissy, dans un appareil d’Air France en provenance d’Abidjan. Sans rien dire de ses projets à sa famille, le garçon avait pris le chemin de l’aéroport. Il s’était glissé dans le train d’atterrissage d’un avion dans l’espoir d’atteindre la France, et surtout Paris dont il voulait voir la tour Eiffel.

« Ce môme porte en lui toute l’Humanité. Il incarne à lui seul tous ces enfants qui rêvent d’ailleurs, qui cherchent l’Eldorado », explique Christian Guémy alias C215, dans le Parisien. https://www.leparisien.fr/paris-75/paris-la-fresque-en-hommage-a-laurent-prend-vie-06-03-2020-8274294.php

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est C215-Laurent-Barthelemy-Ani-Guibahi-Paris-19-Juil.-2020-455x1024.jpg.
Paris 10ème, 7 bd. de la Chapelle, Juil. 2020 – C215 – « Portrait de Laurent Barthélémy Ani Guibahi« 

Ces portraits de réfugiés, on en retrouve beaucoup également chez Guaté Mao (auquel j’ai déjà consacré un article http://francoisregisstreetart.fr/guate-mao/).

Cet artiste fait, le plus souvent, le choix du tout petit format, peut-être pour symboliser le fait que le réfugié est nié, si ce n’est rejeté, et qu’il doit se faire presque invisible pour être toléré.

Et les supports ne sont pas non plus innocents : coffres électriques au ras du sol,

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Guate-Mao-Paris-3eme-Sept.-2018-1-683x1024.jpg.
Paris 3ème, Sept. 2018 – Guaté Mao
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Guate-Mao-Paris-3eme-Sept.-2018-2-683x1024.jpg.
Paris 3ème, Sept. 2018 – Guaté Mao

hôtel plus ou moins miteux,

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Guate-Mao-Saint-Denis-rue-A.-Delaune-Fev.-2018-1-1024x793.jpg.
Saint-Denis, rue Auguste Delaune, Fév. 2018 – Guaté Mao
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Guate-Mao-Saint-Denis-rue-A.-Delaune-Fev.-2018-2-683x1024.jpg.
Saint-Denis, rue Auguste Delaune, Fév. 2018 – Guaté Mao

ou cyber-café.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Guate-Mao-Saint-Denis-rue-Dezobry-Sept.-2017-1-1024x645.jpg.
Saint-Denis, rue Dezobry, Sept. 2017 – Guaté Mao
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Guate-Mao-Saint-Denis-rue-Dezobry-Sept.-2017-2-1024x716.jpg.
Saint-Denis, rue Dezobry, Sept. 2017 – Guaté Mao
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Guate-Mao-Saint-Denis-rue-Dezobry-Sept.-2017-3-948x1024.jpg.

Errance

Ils partent, poussés par les persécutions politiques, les difficultés économiques, ou parce que la guerre fait des ravages.

Pampelune, Août 2018 – « Ce sont le capitalisme et l’impérialisme qui ont créé les migrants. Arrêtez les guerres, pas les gens! »
Lille, rue de Béthune, Sept. 2019
Lurcy Lévis / Street Art city, Août 2020 – Alaniz – « Le migrant et la Liberté »
Lurcy Lévis / Street Art city, Août 2020 – Alaniz – « Le migrant et la Liberté »

Ces drames se reflètent bien dans cette célèbre photo, d’une mère syrienne fuyant la guerre en 2015 avec son enfant, qu’a reprise Rue Meurt d’Art à Lille et à Paris.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Rue-meurt-dart-Lille-Moulins-Mars-2016-808x1024.jpg.
Lille Moulins, Mars 2016 – Rue Meurt d’Art
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Rue-meurt-dart-Paris-19-rue-dAubervilliers-Janv.-2019-926x1024.jpg.
Paris 19ème, rue d’Aubervilliers, Janv. 2019 – Rue Meurt d’Art

Solidarité

Cette solidarité, elle s’exprime partout sur les murs.

A Lurcy Lévis, l’indonésien Anagard a détourné le slogan de Donald Trump.

Lurcy Lévis/Stret Art City, Août 2020 – Anagard – « Make refugees great again« 

A Berlin,

Berlin, Tachele, Nov. 2019 – Photo par Mattéo D.
Berlin, Kreuzberg, Nov. 2019 – Photo par Mattéo D.

A Lübeck,

Lübeck, Mai 2019

A Lille,

Lille Wazemmes, place de la Nouvelle Aventure, Mai 2020 – « Aucun homme n’est illégal »

A Paris, sur cette façade du 11ème, où ont été collés des extraits d’un livre (je n’ai pas pu identifier lequel) qui retrace l’itinéraire de réfugiés depuis l’Afrique jusqu’en Europe.

Paris 11ème, passage Josset, Juil. 2020

Enfin, elle se manifeste en actes, partout et au quotidien. C’est ce qu’a voulu exprimer C215 (encore lui), avec son portrait de Cédric Herrou, cet agriculteur de la vallée de La Roya, proche de la frontière italienne. Cf https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9dric_Herrou et https://www.telerama.fr/idees/cedric-herrou-je-voulais-juste-mettre-des-personnes-a-labri-et-je-ne-le-regretterai-jamais-6744775.php

Vitry sur Seine, Nov. 2017 – C215« Portrait de Cédric Herrou »

Mais, réfugiés, cela rime, hélas, également, avec frontières et barbelés.

Barbelés

Comme le résume bien ce dessin vu à Bruxelles,

Bruxelles, rue de Flandres, Nov. 2018

Et la réponse est, le plus souvent, sécuritaire.

Lille, Café citoyen, Nov. 2019

A travers sa grande fresque réalisée rue d’Aubervilliers, à Paris, la colombienne Bastardilla illustre magistralement le drame des réfugiés. Des oiseaux migrateurs transportent des centaines de réfugiés, qui voyagent à pied ou dans des barques surpeuplées. Ils atteignent un continent cerné de barbelés et leurs corps blessés prennent la forme de ces nouveaux pays.

Cet article a 3 commentaires

  1. V Grémont

    merci
    passionnant décodeur de graff

  2. Thierry

    Mon épouse m’a parlé au café avec beaucoup d’émotion de sa dernière promenade sur le blog de François Régis … J’en reviens … wahou … les murs crient … les murs se colorie de paix et de joie … les murs nous chuchotent que nous aussi nous sommes des réfugiés ou pire des emmurés …

    Merci François Régis

Laisser un commentaire