Villes fantastiques

Villes fantastiques

A l’occasion de la Saint-Urbain 2019.

Le 5ème élément à Aubervilliers

Au 195 rue Félix Faure, juste à côté du canal Saint-Denis, sur les murs du ferrailleur Costella, Nicolas Pichon et l’espagnol Félix Spok Brillor ont installé une ville inspirée du film de Luc Besson « le 5ème élément ». Au-dessus de la ville traditionnelle, vit une cité parallèle, alimentée par une énorme turbine.

IMG_7814
IMG_7815
IMG_7817
IMG_7818
IMG_7819
IMG_7822
IMG_7826
IMG_7824

Roubaix

La ville aérienne de Benjamin Duquenne, avec le collectif Propaganza

Pour l’édition 2017 du festival roubaisien XU (expériences urbaines), au 186 Grande Rue, Benjamin Duquenne et deux autres artistes du collectif Propaganza (l’anglais ROCKET01 et le belge NEAN) ont imaginé « TERRARIUM »: une espèce de méduse dont les filaments seraient des racines entre lesquelles se faufilent des poissons et dont la tête serait une coupole logeant une ville… le tout veillé par un magnifique rouge-gorge. Une référence au « Château dans le ciel », de Hayao Miyazaki.

IMG_5635
IMG_5632

La ville et le monstre, par le collectif « Des friches et des lettres »

Sur les murs de la salle de concerts « la cave aux poètes » (16 Rue du Grand Chemin), le collectif roubaisien a planté un décor urbain apocalyptique. Est-ce une illustration du traumatisme économique et social engendré par la disparition de toutes les industries qui ont modelé le paysage urbain et la vie de plusieurs générations d’habitants ?

IMG_5864
IMG_5865
IMG_5866
IMG_5872

La ville arboricole de La Madeleine

A la demande de l’association d’habitants « Berkem label », les artistes 4letters et Double Va ont peint, le long de la Deûle, une grande ville-forêt. Tout sauf bucolique ! L’eau est omniprésente, mais elle est menaçante, destructrice. Et la pollution règne.

IMG_6285
IMG_6288
IMG_6287
IMG_6319
IMG_6296
IMG_6295

Marseille : King Kong et la Bonne Mère

Depuis 2013, l’artiste marseillais Batch colle des affiches annonçant des spectacles improbables, où il mêle références cinématographiques des années 50 et monuments emblématiques. Une manière, à l’époque, de se moquer du programme de Marseille 2013 – capitale européenne de la culture.

Ce sont également les années 50 qui inspirent son graphisme.

C’est ainsi qu’on trouve:

King Kong au sommet de Notre-Dame de la Garde. J’ai lu, dans un blog érudit, que l’image du couple est tirée de L’Invasion des profanateurs de sépultures (Invasion of the Body Snatchers, 1956), de Don Siegel. Voir:

http://blogywoodland.blogspot.com/2016/11/king-kong-est-marseille.html

IMG_9421
IMG_9423

Godzilla dans le Vallon des Auffes,

IMG_9611

Sardinator dans le Vieux Port,

IMG_9156

Waï from Mars sur la Canebière (les 4 promeneurs sont les Beatles période « A hard day’s night »),

IMG_9471

… et le monstre du Loch Ness aux Goudes.

IMG_9154

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire